Entretien avec Philippe Thouant, thérapeute en Hypnose ericksonienne et Maître Reïki

Catégories Témoignages, Thérapies & Bien-être

 

L’hypnose peut avoir tendance à rebuter ou effrayer plus d’une personne étant donné qu’elle a été largement divulguée dans sa dimension de spectacle. Dans quels cas avoir recours à une hypnose thérapeutique comme l’Hypnose ericksonienne ?

Dans le cadre des phobies par exemple. La peur des araignées, des serpents, des ascenseurs, du vide, du noir, de conduire une voiture, d’agoraphobie et d’autres phobies très particulières. On peut aussi traiter ce qu’on appelle les maux fantômes, c’est-à-dire des douleurs qui ne sont possibles à détecter ni à la radio, ni scanner ou à l’IRM.

Vous parlez de maux fantômes, comment pourrait-on les expliquer ?

Il n’y a pas d’explication rationnelle. Pour autant, on avance certaines hypothèses qui consistent à penser qu’il pourrait s’agir d’un mal venu d’une vie antérieure. C’est d’ailleurs ce qu’avance l’un de mes confrères anglais dans un livre qui relate divers cas d’étude lors de séances d’hypnose de régression dans les vies passées. C’est une piste très particulière et je préfère rester prudent quant au sens de cette interprétation.

Hormis les phobies, je suis également amené à traiter très régulièrement les cas suivants :

  • Soulagement de la douleur comme les maux de tête, les migraines et maux en tous genres (de dos, d’arthrose, psoriasis, zona, herpès, troubles digestifs, etc.)
  • Traitement des acouphènes
  • Troubles du sommeil
  • Traitement des effets de la ménopause comme les bouffées de chaleur
  • Traumatismes de la vie comme des scènes choquantes et traumatisantes telles que des viols, des personnes assistant à des accidents ou des morts violentes (suicides par exemple). Il faut procéder à un désencrage pour réaliser le travail de deuil.
  • Traitement des addictions telles que le sucre, le tabac, l’alcool et les drogues.
  • Confiance en soi / Réalisation d’objectif / Restauration de l’image de soi avec la perte de poids, la gestion du stress, préparation pour la réussite aux examens et aux concours, préparation aux entretiens d’embauches, amélioration de performances dans le sport, etc.

Vous parlez de réalisation d’objectif, dans quelles mesures votre métier d’hypnothérapeute s’apparente au coaching ?

Ça s’apparente à la relation d’aide en apportant un soutien et un éclairage dans les situations de désespoir (soucis de famille ou encore dans le travail avec des remises en question sur la carrière). Ça demande avant tout beaucoup d’écoute. Les personnes ont besoin de se confier, mon travail consiste à être toujours dans l’empathie, les gens ont besoin d’une oreille attentive et de se confier dans un climat de confiance. Dans ce métier, on est dans une relation de partenariat et d’équité. Cette écoute active permet de toucher le cœur du problème rencontré par la personne. C’est à la suite de cette anamnèse, un entretien avec le client, que je parviens à cerner la problématique de la personne et ses origines. Et en prenant du recul sur tous ces éléments, je suis à même d’établir un protocole d’hypnose personnalisé. En effet, on pourrait imaginer par exemple, établir un protocole unique pour l’arrêt du tabac et on irait 9 fois sur 10 à l’échec car il s’agit toujours de s’adresser à l’inconscient qui connaît l’intimité du patient. C’est ce qui programme le succès.

Vous pratiquez également la radiesthésie. Dans quelles mesures le pendule vous aide lors d’une séance avec un client ?

La radiesthésie, je la pratique très peu, ça me sert à savoir si les chakras sont ouverts ou fermés. Je m’interdis de faire de la médicamentation par le pendule et je ne veux pas déborder sur le travail de la médecine allopathique. Je suis capable de faire de la radiesthésie mais je me l’interdis dans le cadre de mon travail.

Pourriez-vous nous parler de l’un ou plusieurs de vos cas d’amélioration les plus spectaculaires ?

Cette femme qui souffrait d’un mal fantôme depuis des années et qui a été réglé définitivement en deux séances d’hypnose. Cette douleur était située au niveau du plexus solaire, elle l’empêchait de se tenir debout et lui pompait toute son énergie, ce qui lui provoquait des vomissements tant la douleur était intense.

Dernièrement, j’ai reçu un témoignage d’une personne qui avait perdu toute sa famille et récemment son mari. Elle avait perdu le goût de vivre jusqu’à penser à se suicider, et deux séances d’hypnose, elle revoit la vie sous un jour nouveau, affirmant que pour elle, il s’agit d’une renaissance.

J’ai aussi eu affaire à une jeune fille de 16 ans qui a subi des attouchements sexuels dans un magasin qui était devenue totalement agoraphobe et tétanisée â l’idée de sortir de chez elle, accrochée à sa mère en pleurs. Après trois séances, cette jeune fille a retrouvé une vie sociale normale, elle fréquente à nouveau les magasins, retourne au lycée au point d’être devenue pensionnaire.

Et puis tous les jours, je suis toujours émerveillé de constater l’efficacité de l’hypnose sur l’arrêt du tabac en une seule séance, par exemple. Et de façon générale, je m’émerveille du pouvoir de l’hypnose et des facultés du subconscient.

Est-ce qu’un diplôme se suffit à lui-même en matière d’hypnose ?

L’hypnose est une merveilleuse technique qui demande beaucoup de rigueur et de pratique. Elle est en perpétuelle évolution, elle exige de se perfectionner tous les jours et sans cesse. Et on n’arrête jamais d’apprendre et d’évoluer dans l’hypnose. C’est grâce aux clients que l’on rencontre que l’on s’enrichit toujours un peu plus. Chaque patient est un cas unique qui mérite d’être traité comme tel.

Grâce à Youtube, on peut aussi s’enrichir à travers des vidéos diffusées par des confrères américains (David Snider), québécois (Jean Charles Chabot) et anglais (James Tripp) par exemple, qui sont très pointus et avant-gardistes sur le sujet. Il est impératif de suivre des formations au fil du temps. Je vais d’ailleurs bénéficier d’autres formations prochainement chez Olivier Madelrieux à l’IHEC (Institut d’Hypnose et de Coaching) de Bordeaux.

Si vous souhaitez contacter Philippe, n’hésitez pas à le faire via son site www.philthouant.com